Actualités

Rendre le congé de paternité obligatoire pour qu’il devienne enfin la norme

Fête des pères

Rendre le congé de paternité obligatoire pour qu’il devienne enfin la norme

Ce dimanche, comme chaque année, on fête les père. Pourtant le chemin reste long pour qu’on donne aux papas leur juste place suite à la naissance d’un enfant. D’autres pays européens ont rendu le congé de paternité obligatoire, totalement ou partiellement. Plusieurs ont également prévu un congé de paternité bien plus long qu’en Belgique.

La Ligue des familles appelle à rendre le congé de paternité obligatoire pour permettre à chaque père de le prendre sans craindre de conséquence professionnelle négative, et à l’allonger à 15 semaines, comme le congé de maternité.

En janvier prochain, le congé de paternité sera allongé à 4 semaines. Une étape à saluer. Encore faut-il qu’en pratique, tous les pères puissent y recourir. Actuellement, au moins 13% des pères ne prennent pas leur congé de paternité dans sa totalité (chiffres Inami). « Au moins », car en réalité, cette proportion est encore plus importante : il faut y ajouter tous les les pères qui prennent entre 0 et 3 jours de congé (qui sont rémunérés uniquement par l'employeur et ne sont donc pas connus par la sécurité sociale).

Les pères ne seraient-ils donc pas intéressés par le congé de paternité ? Que du contraire : le Baromètre des parents (sondage Ipsos auprès de 1150 parents) montre que tant les pères que les mères plébiscitent un allongement du congé de paternité jusqu’à 15 semaines. Mais en pratique, à tort ou à raison, des pères ont l’impression que s’ils prennent la totalité de leur congé de paternité, ce sera mal vu par leur employeur, ou que cela les mettra en difficulté dans leur environnement professionnel. 

Un congé de paternité obligatoire pour permettre à chaque père de le prendre sans crainte

La Ligue des familles plaide pour rendre le congé de paternité obligatoire. Le but n’est pas de faire peser une contrainte sur les pères – quoiqu’il soit curieux qu’on puisse parler de contrainte lorsque on évoque simplement le fait d’être présent auprès de son enfant lors de ses premiers jours de vie. Il s’agit surtout de permettre à chaque père de prendre ce congé sans craindre de conséquences professionnelles négatives. Les pères ne devraient alors plus aborder le sujet au travail, le congé de paternité serait une évidence : je vais avoir un enfant, je serai donc absent pendant 20 jours.

Plusieurs pays européens ont déjà rendu le congé de paternité obligatoire, au moins en partie : la première semaine en France, les 20 premiers jours au Portugal, les 6 premières semaines en Espagne.

papa tient bébé dans les bras

Ne pas s’arrêter à 4 semaines

Si le congé de paternité sera allongé à 4 semaines en 2023, plus rien n’est prévu ensuite. La Belgique est pourtant en retard sur d’autres pays européens, comme l'Espagne (16 semaines de congé de paternité), la Norvège (10 semaines) ou encore le Portugal (5 semaines). La Ligue des familles appelle le Gouvernement à poursuivre la démarche initiée et à allonger le congé de paternité de deux semaines par an après 2023, pour arriver à 15 semaines au plus tard d’ici 2029.

Une nécessité pour permettre au père de passer du temps avec son enfant, pour que la mère ne soit pas isolée pendant plusieurs mois avec son bébé et pour réduire les inégalités entre hommes et femmes suite à la naissance d’un enfant dans le monde du travail et à la maison.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies