Prise de position

Pour accéder au crédit-temps, il faudra dorénavant 3 ans d’ancienneté

A partir de ce 1er juin, la condition d’ancienneté requise pour pouvoir prendre un crédit-temps est durcie : elle passe de 2 ans à 3 ans chez le même employeur. Pour la Ligue des familles, il s’agit d’un recul considérable pour les parents. 

Les parents sous contrat temporaire n’auront purement et simplement plus accès à ce congé familial. Or pas moins de 54,4% des travailleurs de moins de 25 ans sont dans ce cas (un cinquième des naissances ont lieu dans cette tranche d’âge), et 10% des travailleurs dans leur ensemble. 

Cette mesure constitue aussi un frein à la mobilité professionnelle, puisque un parent qui change d’emploi perd son droit au crédit-temps pour 3 ans - une durée extrêmement longue à l’échelle de la vie d’un enfant, a fortiori alors que le crédit-temps au temps plein n’est plus accessible que jusqu’aux 5 ans de l’enfant. 

La Ligue des familles se mobilise contre cette mesure et plaide au contraire pour supprimer la condition d’ancienneté applicable tant au crédit-temps qu’au congé parental, de manière à permettre à tous les parents de recourir à ces dispositifs essentiel pour combiner travail et vie de famille. 

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies