Analyse

Nouveaux rythmes scolaires annuels : quel impact sur les loisirs des enfants ?

Évoquée depuis les années 90, la réforme des rythmes annuels deviendra réalité à partir de la rentrée scolaire 2022-2023. Pour la Ligue des familles, il s’agit indéniablement d’un pas important dans la bonne direction. En effet, à l'instar de nombreux autres acteurs (experts, associations, acteurs de l’éducation…), la Ligue des familles réclamait de longue date que le calendrier scolaire soit remodelé pour mieux coller aux besoins des enfants. En proposant une alternance plus équilibrée entre les périodes de vacances et d'apprentissage tout au long de l’année, ce nouveau calendrier devrait permettre d'améliorer significativement le bienêtre des enfants, de favoriser les apprentissages et de réduire les inégalités scolaires.


Toutefois, en dépit de ces effets positifs, certaines difficultés demeurent pour les familles et différents acteurs concernés par les impacts de cette réforme. Du côté des mouvements de jeunesse, les principaux risques pointés sont le manque d’endroits de camps de qualité, et le de voir en conséquence les prix augmenter pour les mouvements de jeunesse et les familles. Du côté de l’accueil temps libre (qui comprend les camps de vacances, les écoles de devoirs et l’accueil extrascolaire), plusieurs inquiétudes ont été également manifestées, appelant à soutenir les opérateurs afin de développer de (nouvelles) activités durant les périodes de congé allongées. Des mesures de soutien, essentiellement financières, ont été adoptées par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces mesures semblent correspondre aux principales demandes des différents secteurs concernés. Il est toutefois difficile d’évaluer anticipativement si elles seront suffisantes pour éviter que les difficultés identifiées par les acteurs ne deviennent une réalité pour les familles. Certaines questions demeurent donc en suspens. L’offre d’activités pour les enfants sera-t-elle suffisante à ces périodes ? Les opérateurs s’appuyant beaucoup sur les jeunes et le bénévolat seront-ils en situation de recruter suffisamment de personnes pour organiser les activités ? Y aura-t-il un effet de hausse de prix des activités pour les familles, et donc une diminution de l’accessibilité des loisirs pour les enfants ?

 

Ces questions méritent une attention vigilante de la part des pouvoirs publics. La Ligue des familles souhaite donc qu’un monitoring soit effectué autour de l’ensemble de ces activités, des réalités des familles et des opérateurs afin de pouvoir le cas échéant renforcer les dispositifs de soutien pour les opérateurs. Il ne faudrait pas que la nouvelle organisation du calendrier scolaire, qui a notamment pour but de juguler les inégalités scolaires, en engendre de nouvelles, cette fois dans l’accès aux loisirs pour les enfants et les jeunes.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies