Actualités

Mobilisés contre le rabotage des congés familiaux

Budget fédéral 2023

Le 6 octobre, la Ligue des famille apprenait que dans le cadre de ses discussions budgétaires pour 2023, le gouvernement fédéral envisageait de diminuer la durée et la rémunération des différentes formes de congés parentaux de plusieurs manières. Immédiatement la Ligue des familles a fait connaitre son désaccord vis-à-vis de cet éventuel recul des droits des parents et des familles et a invité les parents à se mobiliser autour d’un post facebook. Partagé plus de 3000 fois, le message a permis de recueillir des témoignages de parents :

  • « Ces congés parentaux m'ont déjà littéralement sauvée par deux fois. D'abord pour profiter des premiers mois de mes enfants en 4/5e, à un âge où ils changent chaque semaine. Ensuite pour survivre au confinement et m'en remettre... Maman solo au boulot, prendre un jour par semaine est devenu indispensable pour aider mes pré-ados en difficultés scolaires et trouver encore des moments d'échanges avec eux. La compensation est faible mais faire sans aurait été pire... »
  • « Ces types de congés (qui ne sont pas des congés mais bien des journées passées à courir après le temps...) sont indispensables pour les parents, encore plus pour les parents solo. Comment tout gérer quand on travaille tous les soirs jusque 18h? Où placer les rendez-vous médicaux... et autres nombreuses obligations, comme l'organisation de la maison ? »
  •  « Pourquoi c'est important ? Car quand vous avez un enfant malade ou avec une pathologie et que vous avez énormément de rendez-vous à l'hôpital, un 4/5e parental vous soulage un peu... ça permet d'utiliser moins de jours de congés pour toutes ces visites et de pouvoir prendre congé pour être réellement en congé! Une année, j'avais tellement eu de visites à l'hôpital que je n'ai pas su prendre 1 seul jour de vacances... »
  •  « Ça va bientôt faire 5 ans que j'ai réduit mon temps de travail pour m'occuper de mes enfants. Quand on prend un 80%, on doit se débrouiller pour en faire autant qu'un 100% mais en moins de temps. Sans famille à proximité, qui garde les enfants le mercredi ? Sans ces crédits-temps et autres aménagements, c'est impossible ! »

Nous attendons encore les communications officielles mais malheureusement, les économies sur les congés familiaux se confirment :

  • 3 mois de crédit-temps en moins pour chaque parent : actuellement, les travailleurs ont droit à 51 mois de crédit-temps pour s’occuper d’un enfant de moins de 8 ans ou pour faire face à plusieurs situations difficiles (soins palliatifs d’un proche, soins à un enfant en situation de handicap…). Le crédit-temps passerait de 51 à 48 mois.
  • Diminution de la période pendant laquelle les parents peuvent recourir au crédit-temps : les parents ne pourraient plus recourir au crédit-temps à temps plein pour s’occuper d’un enfant au-delà de 5 ans, au lieu de 8 ans actuellement.
  • 1 an d’interruption de carrière en moins pour les fonctionnaires : l’« harmonisation » entre le crédit-temps et l’interruption de carrière se ferait à la baisse : les fonctionnaires, qui ont droit actuellement à 60 mois d’interruption de carrière, auraient à l’avenir droit à 48 mois de crédit temps (12 mois de moins donc).
  • Bien que cela ait été envisagé, aucune diminution de la rémunération de ces congés ne serait prévue.

Ces mesurent se traduisent par plusieurs dizaines de millions d’économies sur le dos des familles. Les parents, au contraire, attendaient un renforcement de ces congés, très mal rémunérés, en particulier dans le contexte actuel.

Ces mesurent envoient un terrible signal selon lequel les familles n’ont pas de difficultés à concilier leur vie privée avec leur vie professionnelle ; comme si les dispositifs existants, pouvaient être réduits sans dommages. Ce n’est pas le cas. Ces mesures porteraient gravement atteinte à la conciliation entre travail et vie de famille, qui est pourtant l’un des principaux enjeux auxquels les familles font face.

La Ligue des familles continuera à se mobiliser.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies