Étude

Garde d’enfant malade : la débrouille des parents

Résumé

« Allô ? Oui, bonjour, c’est la crèche. Je m’excuse de vous déranger, mais votre loulou n’est pas bien aujourd’hui. On a pris sa température et il y a 39,2°C de fièvre. Il faut venir le chercher le plus vite possible s’il vous plait. Il ne pourra pas revenir avant 24 heures d’affilée sans fièvre. »

C’est un appel que tous les parents ont déjà reçu et craignent de recevoir. À tel point que le simple fait de voir s’afficher le numéro de la crèche sur le téléphone leur provoque des sueurs froides…

Lorsque leur enfant tombe malade, c’est la galère qui commence pour les parents. Toute l’organisation familiale s’en trouve chamboulée : il faut s’arranger avec son employeur, annuler/déplacer des rendez-vous professionnels, appeler le pédiatre pour obtenir un rendez-vous rapidement, avertir l’autre parent et répartir les tâches avec lui, prendre contact avec un proche ou un professionnel pour organiser la garde de l’enfant durant les prochains jours…

L’organisation de la garde d’un enfant malade est un des grands défis auquel doivent faire face les parents dans leur recherche de conciliation des temps entre vie familiale et vie professionnelle. 

Selon notre baromètre des parents 2022 (sondage Ipsos), 70% des parents estiment difficile de travailler à temps plein en ayant des enfants. Ce chiffre monte même à 81% pour les parents d’enfants de 0 à 3 ans. Ce chiffre plus élevé s’explique notamment par les imprévus qui sont démultipliés au jeune âge de l’enfant et qui impliquent une adaptation constante des parents. Les enfants en bas âge sont en effet plus enclins à développer des malades infantiles et réclament une attention de tous les instants.

À tout âge, il est impossible pour les parents d’anticiper les absences/maladies de leur enfant et la conciliation des temps est par conséquent d’autant plus compliquée.

Dans ce contexte, comment jonglent concrètement les parents face à ces difficultés ? Quels mécanismes de soutien existent, et sont-ils adaptés ?

En théorie, les parents peuvent faire appel à une garde-malade à domicile. Cependant, en pratique, cela se complique : ce type d’intervention nécessite de disposer d’un certificat médical. En outre, encore faut-il que le service de garde ne soit pas saturé et qu’il leur soit accessible géographiquement et financièrement.

De plus en plus de services de garde d’enfant malade ferment leur porte. Ces cinq dernières années, selon nos estimations, plus de 500 postes de garde-malade (soit sous statut intérimaire soit sous statut salarié) ont été supprimés : presque tous les centres d’Aide et Soins à Domicile (partenaire de la Mutualité chrétienne) ainsi que la société Tempo-Team Childcare (partenaire de nombreuses entreprises privées) ont fermé définitivement leurs services ; les effectifs au sein de Manpower Childcare ont été divisés par deux.

En parallèle de ces suppressions de postes, certains services encore existants ne sont plus en mesure d’assurer les gardes par manque de financement et de personnel tandis que les derniers services qui continuent à fonctionner sont de plus en plus saturés. À titre d’exemple, en octobre 2022, la CSD du Brabant wallon avait été en mesure d’assurer un peu plus de la moitié des gardes sollicitées (36 gardes sur les 62 demandes). Une année plus tard, en octobre 2023, seul un peu plus d’un tiers des demandes avaient pu être satisfaites (34 gardes ont pu être assurées sur 102 demandes).

Malgré ce constat, les pouvoirs publics ne soutiennent pas à ce jour  de nouvelles initiatives en la matière.

Parallèlement, aucun congé légal spécifique ne permet aux parents de s’absenter pour prendre soin de leur enfant malade, sans perte de rémunération. À peine un tiers des parents (36%) bénéficient de congés enfants malades rémunérés prévus par leur employeur.

Les parents se retrouvent par conséquent démunis pour faire face aux petites maladies de leur enfant.

Dans une société où l’on encourage le travail et l’épanouissement professionnel des deux parents -ce qui est heureux-, force est de constater qu’aucune solution concrète n’est mise en place pour permettre aux familles de trouver leur équilibre. 

En conséquence, la Ligue des familles appelle le législateur à créer un congé « enfant malade rémunéré » pour tous les parents, leur permettant de s’absenter de leur travail, sans perte de rémunération, pour prendre soin de leur enfant.

La Ligue des familles invite à soutenir et à développer les services de garde d’enfants malades afin d’en généraliser l’accès à tous les parents qui le souhaitent.

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies