Analyse

Familles en centre fermé : le trompe-l’œil du toboggan

Depuis l’été 2018, la Belgique enferme à nouveau des familles en centre fermé pour procéder à leur éloignement (« volontaire » ou « forcé ») du territoire. De nouveaux bâtiments ont été construits à cet effet à Steenokkerzeel, en bordure du centre 127bis.

Avec d’autres associations, la Ligue des familles a visité ces installations avant que la première famille n’y soit placée, le 14 août dernier. Les unités familiales du centre fermé 127bis sont présentées comme adaptées aux enfants et donc en conformité avec les textes internationaux de protection de leurs droits et la loi belge. Les associations dénoncent une campagne de communication et assènent que l’enfermement, quelles qu’en soient les conditions, est traumatisant pour
un enfant et contraire à son intérêt supérieur.

La Ligue des familles dénonce la détention de familles en centre fermé. Elle dénonce également les politiques déshumanisantes et les discours haineux qui se propagent impunément à l’encontre des migrant∙e∙s et réfugié∙e∙s.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies