Communiqué de presse

Gratuité scolaire : pour la Ligue des familles, il faut agir sans attendre

La presse a largement repris cette semaine des propos tenus par la Ministre de l’Education au Parlement, indiquant que la gratuité des fournitures scolaires, instaurée progressivement dans l’enseignement maternel depuis la rentrée 2019, ne se poursuivrait pas en primaire cette année. Pour la Ligue des familles, même si le Gouvernement choisit de ne pas attribuer de budget à la gratuité scolaire en 2022, il reste néanmoins possible de réduire les frais pour les familles, en plafonnant le coût des voyages et sorties scolaires.

Le décret du 14 mars 2019 visant à renforcer la gratuité d’accès à l’enseignement, voté sous la précédente législature, prévoyait l’instauration progressive de la gratuité des fournitures scolaires en 1ère maternelle lors de la rentrée 2019, en 2e maternelle en 2020 et en 3e maternelle en 2021. Et ensuite ? Plus rien n’était prévu. La Ligue des familles appelait dès lors à poursuivre cette démarche en 1ère primaire dès la prochaine rentrée.

Ce ne sera pas le cas, le budget 2022 du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne prévoyant pas les moyens nécessaires pour cette mesure, malgré que ce dernier se soit précédemment engagé à « poursuivre et renforcer les mesures adoptées en matière de gratuité scolaire et fixer un échéancier progressif de mise en œuvre de la gratuité » (accord de gouvernement, p. 15).

La gratuité en primaire dès la rentrée 2023

La Ligue des familles est actuellement en train de mener une étude visant à connaître les coûts exacts payés par les parents d’enfants fréquentant l’enseignement primaire. Elle en mettra les résultats à disposition du gouvernement et de tous les acteurs intéressés dans les prochains mois.

« Cela permettra d’identifier le budget nécessaire à la gratuité des fournitures scolaires, afin que le gouvernement puisse inscrire cette mesure à son prochain budget et que la gratuité scolaire devienne réalité en primaire dès septembre 2023 », indique Maxime Michiels, chargé d’études à la Ligue des familles. « Les coûts scolaires mettent encore de nombreuses familles en difficulté au quotidien. Chaque année qui passe sans concrétisation de la gratuité scolaire, ce sont des dizaines de milliers de familles qu’on laisse en souffrance. »

En attendant, plafonner le coût des voyages scolaires

Il est toutefois possible – et nécessaire – de réduire les coûts pour les familles sans attendre. Les voyages scolaires s’avèrent parfois très coûteux : dans l’enseignement secondaire, toutes années confondues, sur un an, 1 élève sur 2 paye plus de 300 euros pour partir en voyage scolaire. « Mais dans certaines écoles, ça monte jusqu’à plusieurs milliers d’euros pour un seul voyage », constate Maxime Michiels, qui reçoit chaque année des témoignages de parents en ce sens. « De nombreuses familles ne peuvent pas se permettre de payer de telles sommes, a fortiori multipliées par 2 ou 3 enfants. »

La Ligue des familles demande que le coût des voyages scolaires ne puisse pas dépasser un certain plafond, afin de permettre à un maximum d’élèves de pouvoir y participer. Ce plafond doit évidemment être discuté par les acteurs de l’enseignement pour trouver un montant qui n’empêche pas l’organisation de séjours qualitatifs tout en étant financièrement accessible aux familles.

Dans une période où le budget des ménages est mis à rude épreuve, la Ligue des familles appelle le Gouvernement à plafonner, enfin, le coût de ces voyages afin de soulager un peu les familles. Cette mesure ne coûte rien au gouvernement, qui peut donc avancer en la matière sans avoir prévu de mesures en matière de gratuité scolaire dans son budget 2022.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies