Prise de position

Codeco : perte de sens, colère des parents

Le 3 décembre, le Codeco a pris une série de mesures qui ont surtout et directement impacté les enfants, les familles. D’où une certaine incompréhension et une colère exprimées du côté de nombreux parents. La Ligue des familles appelle le Codeco à plus de cohérence et plus de considération vis-à-vis des familles.

La veille du Codeco, en quittant mon binôme de plongée, je lui souhaite déjà de belles fêtes de fin d’année. Je souhaite raccrocher les palmes pour l’hiver ? Pas vraiment… Mais je suis un observateur attentif de la vie politique. Troisième Codeco en trois semaines, le GEMs a remis un rapport alarmiste et suggéré des mesures drastiques, la pression politique est maximum.

Par ailleurs, je sais qu’un Codeco qui doit se pencher sur la fermeture des écoles sera forcément un Codeco qui va devoir prendre des mesures sur tous les secteurs et de manière assez radicale : Horeca, sport en intérieur, bulle de contact, etc. En deux ans de crise, le discours politique a toujours été de fermer les écoles en dernier recours.

Le lendemain, le Codeco s’éternise, et les informations fuitent une à une. Rapidement, les médias annoncent que les écoles vont sans doute fermer quinze jours. Puis, un premier accord tombe : on ne touche pas à l’Horeca. Je m’étonne de ce décalage : on fermerait les écoles sans toucher à l’Horeca ? Tant mieux pour eux, ils ont déjà beaucoup souffert.

Au moment de la conférence de presse, les mesures touchent presque exclusivement les enfants et les jeunes. Ce Codeco a désigné un coupable à la quatrième vague de contamination : les enfants, malades souvent asymptomatiques ou avec des symptômes légers, non vaccinés et se voyant sans masque. L’enseignement secondaire passe en mode hybride jusqu’aux examens, l’enseignement primaire et maternel sera fermé du 20 au 24 décembre et le masque est imposé à tous les enfants dès 6 ans, y compris à l’école.

C’est autour de la question du masque que beaucoup nous pressent de réagir. Les journalistes nous interpellent : « Ce masque à l’école c’est scandaleux, non ? ». Les parents et citoyen·ne·s nous interpellent de toutes parts : « Faisons une manif contre le port du masque », « Et après, ce sera la vaccination obligatoire des enfants ? ».

À la Ligue des familles, nous restons perplexes. C’est sur le masque que se concentre beaucoup de colère, car il cristallise une réalité : les enfants, jusque-là protégés dans cette crise, du moins dans les discours, ont été ciblés. Tout parent, lorsqu’il sent son enfant menacé, telle une lionne pour son lionceau, passe au premier plan et rugit, pour faire reculer l’adversaire.

Tout parent, lorsqu’il sent son enfant menacé, telle une lionne pour son lionceau, passe au premier plan et rugit, pour faire reculer l’adversaire

Les autres mesures sont aussi vectrices de craintes. Au niveau du secondaire, le distanciel a fait ses preuves l’année scolaire passée pour atteindre la santé mentale des jeunes et augmenter les inégalités scolaires lorsqu’il se déroule en numérique.

Aux niveaux primaire et maternel, les mesures de soutien ne sont pas encore très claires au moment du Codeco. La Ligue des familles réclame et obtient la confirmation que le chômage temporaire pour cause de fermeture de classe ou de quarantaine d’enfant soit applicable la semaine de fermeture.

Nous demandons aussi à ce que des garderies soient organisées pour les enfants dont les parents n’ont pas de solution. La ministre de l’Enseignement avait prévu le coup.
Nous demandons la souplesse des employeurs et employeuses pour cette situation extraordinaire en toute fin d’année où les travailleurs et travailleuses ont déjà pris tous leurs congés. Seul le silence nous répond. Nous savons qu’une grande majorité de parents va télétravailler en gardant ses enfants à la maison. Quand c’est possible. Pour ne pas se mettre en difficulté par rapport à leur travail, parce qu’ils n’ont pas droit à d’autres mesures ou pour ne pas perdre de revenu.

Vous l’aurez compris, votre vie de tous les jours aura été peu impactée par ce Codeco : sport, restaurant, café, marché de Noël, familles et amis, tout cela reste accessible aux adultes. Les enfants et les jeunes, eux, perdront du temps d’apprentissage, seront privés en tout ou en partie des contacts sociaux à l’école. Ce paquet de mesures sanitaires manque de sens. Et ce manque de sens provoque la colère des parents.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies