Communiqué de presse

Allongement du congé de paternité : cette fois, n’attendons plus 20 ans

Ce 1er janvier 2023, le congé de paternité et coparentalité passera de 3 à 4 semaines. Une évolution notable. Il aura fallu 20 ans pour en arriver là - le congé de paternité ayant été créé en 2002. Les parents demandent désormais bien plus : un congé de paternité de 15 semaines, comme le congé de maternité. N’attendons plus 20 ans pour l’allonger à nouveau ! La Ligue des familles appelle le gouvernement à d’ores et déjà fixer un échéancier pour la suite et à rendre le congé de paternité obligatoire.

La durée et le caractère obligatoire du congé de paternité sont deux enjeux majeurs pour plus d’égalité entre les hommes et les femmes. Actuellement, les femmes qui viennent d’accoucher sont laissées seules. Seules à s’occuper à plein temps d’un nouveau-né, seules à faire face aux joies mais aussi à toutes les difficultés, seules à interrompre leur trajectoire professionnelle. En restant avec leur nouveau-né à la maison, elles endossent  la plus grande partie des tâches ménagères et familiales. Pour un meilleur partage, il faut allonger le congé de paternité à 15 semaines.

L’allongement à 4 semaines : et après ?

L’allongement du congé de paternité à 4 semaines à partir du 1er janvier est une évolution à saluer. Mais plus rien n’est prévu pour la suite. 67% des pères et 67% des mères réclament pourtant un congé de 15 semaines, comme le congé de maternité, selon le Baromètre des parents 2022 (sondage Ipsos). La Ligue des familles propose de fixer dès à présent un échéancier pour la suite : allonger le congé de paternité de deux semaines par an dès 2024, pour arriver à 15 semaines d’ici 2029. « L’Espagne, où le congé de paternité dure 16 semaines, l’a fait. Et d’autres pays d’Europe sont encore loin devant nous, comme la Norvège (10 semaines). Il s’agit d’une proposition réaliste, si la volonté politique y est » constate Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles.

Rendre le congé de paternité obligatoire pour permettre à chaque père de le prendre

La Ligue des familles appelle par ailleurs à rendre le congé de paternité obligatoire. Pas un seul jour n’est obligatoire dans notre pays, contrairement à la France (une semaine obligatoire), au Portugal (20 jours obligatoires) ou encore à l’Espagne (6 semaines obligatoires). « Nous proposons de rendre la totalité du congé actuel (4 semaines) obligatoire, et puis quand ce congé durera 15 semaines, les 9 premières semaines obligatoires, comme c’est le cas pour les mères. Il s’agit de permettre aux pères de prendre ce congé sans craindre de conséquences professionnelles négatives et de réduire les inégalités professionnelles entre hommes et femmes », explique Christophe Cocu. « Et là aussi, la demande des parents est massive puisqu’ils sont 64% à demander un congé de paternité obligatoire et seulement 9% à y être défavorables. »

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies