Analyse

Aide juridique : le jeu de Loi

Les familles ont besoin d’une justice de qualité et accessible. Elles ont besoin de trouver le conseil juridique adéquat, auprès notamment d’un∙e avocat∙e, et d’être défendue en justice : quand une séparation survient, dans le cas d’un conflit avec un∙e propriétaire/locataire, pour régler une question d’héritage, face à une décision administrative que la famille conteste, pour porter plainte dans le cas de violences ou pour entamer une démarche d’adoption. La vie des familles pose des nombreuses questions juridiques et l’accès à la justice doit être garantie pour elles quels que soient leurs ressources.

Flash-back : le 1er septembre 2016 entrait en vigueur la réforme de l’aide juridique1 qui allait « responsabiliser »2 les justiciables ayant recours à l’aide juridique de deuxième ligne (ou, comme on dit encore, à un∙e avocat∙e pro deo). La réforme prévoyait entre autres le paiement d’une contribution forfaitaire de 20€ pour la désignation de l’avocat∙e et de 30€ par procédure alors que l’aide juridique totale (elle peut être « partielle » selon les revenus du ou de la bénéficiaire) était jusqu’alors complètement gratuite. Le 21 juin 2018, la Cour constitutionnelle a tranché : les justiciables qui auront recours à l’aide juridique de deuxième ligne ne devront plus verser ces 50 euros de contribution forfaitaire.

Parfait happy end ? Non, l’accès à l’aide juridique reste semé d’embûches, et de fameuses. Or l’accès à l’avocat∙e est un élément essentiel de l’accès à la justice qui un droit fondamental sans lequel tous les autres sont fictifs. Sans lui, les justiciables ne peuvent faire valoir aucun de leurs autres droits quand il leur semble qu’ils ne sont pas respectés.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies