Actualités

400 euros par an pour payer le droit de manger à midi à l’école ?

Les couts des garderies scolaires grèvent les budgets des familles. La Ligue des familles appelle à les supprimer !

La RTBF relaie ce matin la situation d’un papa qui verra à la rentrée scolaire prochaine le cout de la garderie scolaire de son fils en maternelle doubler. Désormais, il devra payer 2,20 euros pour chaque jour où son enfant reste manger à midi. Pas pour lui fournir un repas : simplement pour assurer la surveillance du temps de midi. Si son enfant reste tous les jours à l’école à midi, cela reviendra à entre 44 et 50,6 euros par mois. Soit 407 euros par an… Et ce, juste pour la surveillance du temps de midi : les garderies du matin et du soir aussi sont payantes. Au total, toutes garderies confondues, le cout atteindra près de 700 euros par an.

Un cas particulier hors norme : la dernière étude de la Ligue des familles sur les couts scolaires témoigne qu’en moyenne, les parents payaient 165 euros par an pour la garderie du temps de midi en maternelle. Et pas dans toutes les écoles. En Fédération Wallonie-Bruxelles, une minorité des parents (41%) paient pour la surveillance des temps de midi. Le cas de ce papa est donc étonnant. Précisons qu’en primaire, la situation est relativement similaire avec 36% de familles qui paient la surveillance du temps de midi, pour un cout moyen de 200 euros par an.

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les périodes avant et après le début des cours ne font pas partie du temps scolaire. C’est la raison pour laquelle les écoles peuvent demander des frais de garderie.

Pour le temps de midi, la législation dit aussi que c’est du temps extrascolaire ! Une conception héritée du passé, quand le patriarcat assignait les mamans à la maison et que celles-ci venaient chercher leurs enfants tous les midis. Les règles actuelles sont celles-ci : d’abord, on ne peut pas imposer aux enfants de manger à l’école à midi – et les parents n’ont alors pas à payer*. Ensuite, il faut distinguer deux types de frais :

  • Services proposés aux temps de midi, autres que la surveillance (distribution d’un bol de soupe ou d’un repas) : tant en maternelle, primaire que secondaire, une participation des parents peut être demandée, au prix coutant (l’école ne peut faire de bénéfices sur ce service).
  • Surveillance en tant que tel des temps de midi : on ne peut demander une participation des parents qu’en maternelle et primaire. En secondaire, c’est strictement interdit. Et la participation des parents ne peut leur être réclamée que quand le cout réel de la surveillance dépasse les subsides qui sont alloués par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour financer la surveillance des temps de midi.

La FWB organise donc déjà un financement de l’encadrement du temps de midi, en maternelle et en primaire. Des frais si importants que ceux de la situation du papa payant 400 euros par an semblent hors norme. A ce titre, il serait intéressant de se pencher dessus plus avant. Si vous payez des frais très importants de garderie du temps de midi, vous pouvez demander au conseil de participation de votre école de se prononcer sur la situation, voire contacter l’administration (gratuite.ensobligatoire@cfwb.be). Il est important que le service de l’inspection gratuité puisse vérifier, rappeler et faire respecter les règles de la gratuité scolaire, pour que les parents n’aient pas à payer des frais illégaux.

La Ligue des familles réclame depuis longtemps la fin des frais de garderie du temps de midi. Payer 165 à 200 euros par an pour permettre à son enfant de manger à l’école à midi est cher pour les familles, d’autant qu’il s’agit d’un montant par enfant... et qu’aucune adaptation n’est prévue pour les familles les plus précaires.

En 2019 dans son accord de majorité, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (PS-MR-Ecolo) s’est engagé à « tout mettre en œuvre pour limiter les coûts : (…) gratuité progressive des garderies en commençant par les familles à bas revenus et/ou monoparentales et/ou nombreuses, intégration progressive du temps de midi à l’école dans le temps dit « scolaire » et prévoir son financement ». Ce qui signifierait entre autres organiser la gratuité du temps de midi à l’école. Jusqu’aujourd’hui cependant, rien n’a été fait.

La Ligue des familles appelle à agir sans plus tarder, pour que l’école cesse de creuser les inégalités et retrouve le chemin de la gratuité.

* Les statistiques montrent à quel point cette conception de l’école n’est plus à jour : seuls 5% des élèves de maternelle et 3% des élèves de primaire mangent ailleurs qu’à l’école à midi.

Appel à témoignages

Vous êtes parent et avez un témoignage à nous faire concernant les couts scolaires (frais de temps de midi importants, voyages scolaires à des prix trop élevés, demande par les écoles d’acheter du matériel informatique fort cher,…) ? Envoyez votre témoignage et vos coordonnées à m.gevers@liguedesfamilles.be. Ces retours nous sont précieux pour permettre de faire changer l’école, et la rendre plus accessible. Merci !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies