Communiqué de presse

3e couche d’aides à l’achat d’ordinateurs à l’école : une lasagne trop complexe

La majorité s’apprête à voter ce mercredi 20 décembre une nouvelle mesure pour diminuer le coût du numérique à l’école. Une amélioration de la situation existante mais les directions d’écoles, déjà débordées, feront désormais face à une lasagne de trois couches de mesures concernant l’achat de matériel informatique. La Ligue des familles appelle à un système beaucoup plus simple, qui coûterait la même chose aux pouvoirs publics : la fourniture d’un ordinateur à chaque élève arrivant en 1re secondaire.

En septembre, une enquête de la Ligue des familles a montré que les 15 millions € dégagés chaque année par la Fédération Wallonie-Bruxelles n’arrivent, en pratique, pas chez les familles et que ce sont les parents qui continuent à assumer le coût du matériel informatique requis pour le travail scolaire. En cause : un système de centrales d’achats et de subsidiation complexe que peu d’écoles mettent en place.

Une lasagne de trois aides publiques parallèles 

Les constats quant à la sous-affectation du budget et au coût démesuré à charge des parents sont visiblement partagés par la majorité en Fédération Wallonie-Bruxelles. Celle-ci s’apprête à voter la mesure suivante :

  • Un budget « one shot » de 9,7 millions d’euros permettant de prêter des ordinateurs à 5% des élèves en 2024. Les écoles doivent attribuer ces moyens en priorité aux familles précarisées, mais elles n’ont pas concrètement les moyens de les identifier (sauf si ces familles se présentent elles-mêmes comme telles).

Ceci s’ajoute aux deux mesures déjà existantes, qui persistent :

  • Une aide de 150€ par élève, octroyée uniquement quand l’école organise une centrale d’achat pour l’achat de matériel informatique ou recommande un fournisseur.
  • Un fonds de solidarité permettant aux écoles d’aider à 1 à 5% des élèves, en fonction de l’indice socio-économique de l’établissement.

« Cette nouvelle mesure améliore la situation existante », relève Madeleine Guyot, Directrice générale de la Ligue des familles. « Mais elle ajoute une troisième couche à une lasagne de dispositions déjà très complexes et inutilisées par les écoles, et seulement pour 5% des élèves. La plupart des parents vont continuer à devoir payer plusieurs centaines d’euros pour équiper chaque enfant en matériel informatique. »

Comment les écoles vont-elles s’en sortir pour savoir quoi attribuer à qui ? Quel est le sort de ces très nombreuses écoles qui n’organisent pour l’instant pas de centrale d’achat mais rendent tout de même l’acquisition d’un ordinateur nécessaire ?

Affecter le même budget à un ordinateur distribué directement à chaque élève de 1re secondaire

Cette situation est ubuesque alors qu’avec le budget actuel de 15 million €, que le gouvernement a reconfirmé pour 2024, il est possible de distribuer un ordinateur à chaque élève rentrant en première secondaire, sans frais à charge des parents. « Un système beaucoup plus simple pour les écoles et qui permettrait aux enfants d’avoir directement le matériel nécessaire. »

Le vote de ce décret est donc une occasion manquée pour implémenter ce système. L’équipement informatique est devenu le coût scolaire le plus élevé à assumer pour les familles, alors même que tous les responsables politiques, de Caroline Désir (PS) à Mathieu Michel (MR) ont plaidé pour que la digitalisation de l’enseignement n’alourdisse pas la facture des familles. La Ligue des familles poursuivra son plaidoyer afin que le gouvernement assure le respect de la gratuité scolaire, dans le primaire comme dans le secondaire.

Dans l’attente, la Ligue des familles appelle le parlement à expliciter par décret que lorsque du matériel informatique est nécessaire aux apprentissages, les écoles doivent le mettre à disposition des élèves, sans frais à charge des familles. Ce qui est déjà prévu implicitement dans la législation, mais que les écoles n’appliquent pas.

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies